Le compostage de surface

paillage avr. 08, 2020

Reproduire ce que fait la Nature ! 🍂

Le terme « compostage de surface » est quelque part un petit abus de langage. En effet, c’est une méthode qui consiste à laisser les déchets végétaux sur place, mais le phénomène de compostage qui a lieu dans un compost en tas n’intervient pas. Je m’explique !

On retrouve cette technique chez certains jardiniers et paysagistes qui, après avoir taillé une haie ou ratissé les feuilles mortes, laissent sur place ces déchets aux pieds de végétaux entretenus, comme la Nature laisse le bois mort et les feuilles tomber au sol à l’automne. C’est ce phénomène qui produit le précieux humus, matière indispensable à la fertilité du sol. C’est cet amas de matières qui protègera également ta terre des intempéries.  
Dans un compost en tas, la montée en températures des déchets produit la fermentation des végétaux, c’est pourquoi il est d’ailleurs important de le remuer fréquemment et de l’arroser aux saisons chaudes pour le garder « actif » . Lorsque l’on pratique le compostage de surface, cette fermentation n’a pas lieu, il s’agirait donc plutôt d’une dégradation de surface, mais je chipote !

Cette technique qui consiste à laisser les déchets sur place est tout à fait applicable au potager et je te conseille de la mettre en place dès que possible. Tes feuilles de salade abîmées, tes plants morts, tes feuilles sèches ou tes branches cassés, les végétaux que tu ne souhaites pas voir dans ton potager … Tout ça, laisse-le sur place !  Si esthétiquement cela te déplait, tu peux tout à fait les glisser sous ton paillage. Ces déchets vont se décomposer sur place, alimentant directement tes cultures et nourrissant la microfaune du sol et donc le fertiliser. Le compostage de surface a également fait ses preuves comme barrière contre les attaques de limaces, celles préférant les végétaux morts que les plants vivants. Si tu ne veux pas qu’elles s’en prennent à tes jeunes pousses, nourris-les avant !

Photo de Emeric Spiroux

Ce compostage est donc très facile à mettre en place après une culture par exemple, au lieu d’arracher les plants il suffit de les couper au pied et de les laisser sur place (en veillant à couper les plus gros morceaux pour faciliter leur décomposition) ou encore en automne en plus de ton paillage habituel, garde les déchets de tonte ou les feuilles mortes et étale-les sur tes parcelles. Tous ces apports vont te permettre de garder un sol riche et meuble, terminé les corvées de nettoyage, désherbage et ramassage, désormais tout est laissé sur place.

Formidable ! 🌱

L’unique inconvénient que je trouve au compostage de surface est qu’il ne produit pas de matière utilisable comme un compost en tas, c’est pour cela que je recommande de marier ces deux pratiques qui sont, pour moi, tout à fait complémentaires. Un compost en tas te permettra d’obtenir un substrat riche pour ne pas à avoir à acheter de terreau pour tes semis par exemple, ou pour rempoter d’autres végétaux.

Attention : Comme pour le compost en tas, les plants atteints par le mildiou sont à proscrire. La plupart des autres maladies ne survivent pas à la décomposition.

D’année en année, cette pratique remplacera totalement le travail du sol, ce qui est un des objectif d’un potager permacole. Lorsque tu sèmeras tes nouvelles cultures tu n’auras qu'à écarter ce compost de surface et ton paillis pour semer. Voilà donc une méthode très intéressante pour économiser encore un peu plus ces précieuses ressources que sont les intrants et surtout … ton temps ! 🌼


Cet article t'as plu ? Alors suis-moi sur les réseaux sociaux pour d'autres astuces, ici ou !

Super ! Vous vous êtes inscrit avec succès.
Super ! Effectuez le paiement pour obtenir l'accès complet.
Bon retour parmi nous ! Vous vous êtes connecté avec succès.
Parfait ! Votre compte est entièrement activé, vous avez désormais accès à tout le contenu.