La faim d'azote

permaculture mai 15, 2020

Le phénomène de faim d'azote est très répandu au potager. Ici tu vas enfin découvrir de quoi il s'agit et ce qu'il faut mettre en place pour l'éviter !

Pour comprendre le phénomène de faim d’azote, il est essentiel de rappeler quelques définitions :

  • L’agronomie c’est l’ensemble des sciences et des méthodes permettant la compréhension de l’agriculture.
  • En permaculture, lorsque nous parlons de matière azotée, nous parlons de toutes les matières jeunes, humides, vertes et molles. Ce sont les matières riches en fertilisants qui se dégradent rapidement et favorisent le développement des bactéries (tonte fraîche, épluchures, …).
  • En opposition, lorsque nous parlons de matières carbonées, nous parlons des matières vieilles, sèches, marron et dures. Ce sont des matières créant de l’humus, se dégradant lentement et favorisant le développement des champignons (paille, BRF, …).
  • Les micro-organismes ce sont des bactéries, des champignons microscopiques, des planaires, des amibes, etc. … C’est toute la vie du sol, invisible à l’oeil nu.  

Maintenant que nous avons brièvement revu les bases, parlons du sujet de cet article : Le phénomène de faim d’azote.

Pour le comprendre, il faut savoir que les micro-organismes du sol se nourrissent de toute matière organique présente dans, et sur le sol.  Quand tu apportes de la matière à ton potager, ce sont eux, les micro-organismes qui vont se charger de dégrader et de rendre tes apports assimilables par les plantes. Ce sont eux qui créent l’humus.

Le phénomène de faim d’azote est provoqué lorsque ces micro-organismes sont très sollicités pour décomposer une matière non équilibrée ou trop peu dégradée.

Comme des déchets de taille trop ligneux ou un compost trop frais.

Les champignons et les bactéries nécessaires à la décomposition complexe de cette matière vont puiser l’azote du sol et l'accaparer pour effectuer cette dégradation. Ils vont alors rendre l’azote inaccessible aux végétaux, et surtout aux jeunes plants. Cette carence provisoire aura pour conséquence un arrêt de croissance des plants voire une chlorose (jaunissement des feuilles).

Attention, ce phénomène peut être accentué par le froid.

Dans une grande majorité de cas, la faim d’azote est rencontrée au potager au début du printemps, lorsque le sol n’est pas encore suffisamment réchauffé et que les bactéries sont en dormance. Ralenties, elles mettront donc beaucoup de temps à dégrader la matière, et le phénomène tant redouté risque d’avoir lieu.

Cet effet dépressif n’est que temporaire mais il peut s’étendre sur plusieurs mois et avoir de grosses répercussions sur tes récoltes.

Photo de Thomas Millot sur Unsplash

La préparation de la matière organique influe sur l'amplitude de l'effet dépressif. La paille mélangée au sol génère une faim d'azote importante. Quand elle est simplement épandue sur le sol, la dégradation est beaucoup plus lente. D’où l’importance de ne pas enfouir de matière organique non dégradée.

Alors, comment l’éviter ?

Pour les raisons que nous avons évoqué plus haut, il te faudra faire en sorte d’éviter cet état d’indisponibilité de l’azote :

  • En évitant les paillages trop carbonés : paillettes de lin ou de chanvre, BRF, paille brute, résidus d'écorces.... Sauf dans un sol présentant déjà un déséquilibre dans son rapport carbone/azote, il faudra toujours pailler avec une matière équilibrée.

Pour tous les paillages avec des matériaux plutôt marron, secs et rigides, attention à la faim d'azote !

  • En évitant de pailler à la sortie de l’hiver. Sauf si tu veilles préalablement à apporter du compost bien mûr. Attention, pas d’abus avec le compost !

Le compost est un milieu très riche, vivant et nutritif. On ne met jamais une épaisse couche de compost mûr directement au potager. - Pourtant c’est une information que l’on retrouve souvent sur Internet - Sauf pour quelques rares plantes gourmandes, on ne met pas plus de 3kg/m2 de compost mûr au potager. Et 3 kg/m2 c’est peu, mais c’est suffisant. Si tu en abuses, tu créeras un déséquilibre en nutriment dans ton sol, et une plante trop nourrie poussera vite, certes, mais ce sera au détriment de ses défenses. Elle sera donc sensible aux maladies. Gorgée de sucre, elle deviendra une proie idéale pour les pucerons.

C’est pourquoi je déconseille toujours le purin d’ortie en arrosage après la plantation. En revanche, ce même purin est un atout si tu ne pailles qu’avec des matières essentiellement carbonées.

  • En cultivant des Fabacées. Ce sont de grandes alliées pour ne pas créer de carence en azote dans ton sol. Au potager ce sont les légumineuses (pois, fèves, lentilles, …).

Grâce à une symbiose entre elles et des bactéries aérobies, les rhizobiums, elles sont alors capables de fixer l’azote atmosphérique et de le restituer au sol. Au niveau des racines de petites excroissances se créent, les nodosités. Ce sont ces nodosités, nourries par la plante, qui lui permettront de capter l’azote de l’air. Pour que cette symbiose végétale soit profitable à ton sol, n'arrache pas les pieds des Fabacées à la récolte. Laisse les racines en terre, lors de leur dégradation, l’azote emmagasiné durant la croissance du végétal deviendra alors assimilable et les risques de faim d’azote seront grandement amoindris.

  • Les engrais verts, de la famille des Fabacées comme la vesce, le trèfle blanc, le lupin, etc. … vont également permettre à ton sol de capter beaucoup d’azote - comme les légumineuses, puisqu’ils sont tous de la même famille ! -. Fauchés et laissés sur place avant ou après les récoltes, ils enrichiront la terre et tu pourras pailler avec des matières carbonées sans craintes.

Ce qu’il faut retenir :

  • Le phénomène de faim d’azote ralentira le développement des végétaux et amoindrira tes récoltes.
  • Attention aux excès de carbone, pense à nourrir régulièrement ton sol en azote.
  • Les Fabacées sont des alliées précieuses, utilise-les intelligemment.

Cet article t'as plu ? Alors suis-moi sur les réseaux sociaux, ici ou , pour d'autres astuces ! 😉

Super ! Vous vous êtes inscrit avec succès.
Super ! Effectuez le paiement pour obtenir l'accès complet.
Bon retour parmi nous ! Vous vous êtes connecté avec succès.
Parfait ! Votre compte est entièrement activé, vous avez désormais accès à tout le contenu.